Th

La vie après la mort

La vaste question de l’existence de la vie après la mort a de tous temps, interpellé les êtres humains. Cette question nous interroge sur d’autres sujets.

Une question ancestrale

Si nous existons après la mort physique de notre organisme et de notre identité présente, sous quelle forme cela se peut-il ?
Si nous n’existons plus du tout et que nous devenons poussière, quel est le sens de notre vie et de la vie en général ?
Si nous existons après, nous avons alors certainement de grandes chances d’avoir existé auparavant ?
Dans ce cas, pourquoi n’en avons-nous aucun souvenir ?

Les souvenirs

Les souvenirs sont tout d’abord personnels. Personne d’autre que vous ne peut savoir ce que sont les expériences et les moments que vous avez vécus. Ce n’est pas parce que vous ne vous souvenez pas du cadeau que vous avez reçu au Noël de vos cinq ans, que ce Noël ou ce cadeau n’ont jamais existé. Le fait de ne pas se souvenir doit donc être écarté comme preuve d’un raisonnement logique pour confirmer ou pas une hypothèse.

Il existe de nombreux témoignages de gens qui se sont souvenus assez précisément de leur existence antérieure. Que ce soit des études récentes ou des légendes du passé, les histoires qui relatent les preuves de telles mémoires sont trop nombreuses pour être ignorées. Prenons quelques exemples parmi les enfants.

Des enfants prodiges sont capables très tôt de jouer au piano ou de parler une autre langue. Parfois, ils se comportent comme des adultes dans certains domaines.
Mozart savait composer à 5 ans sans avoir véritablement “appris”. Que conclure ?

Cette question d’une vie avant ou après la mort implique d’autres perspectives ou interrogations. Comment avoir une certitude personnelle et définitive de son existence ?

Sous quelle forme pourrions-nous alors exister si la mort de notre organisme n’était pas notre mort personnelle ?

Cette dernière question est en fait fondamentale et il faut y répondre simplement. Si nous avons une nature qui transcende la matière, alors il devrait être évident que nous sommes des entités de vie sans substance et sans forme. Il serait alors possible de séparer le corps et l’esprit puisque notre essence n’est pas composée d’une énergie comparable à celle de l’univers physique.

Si ce n’était pas le cas, nous ne serions qu’une somme de cellules articulées entre elles pour former un organisme humain, qui, une fois hors d’usage, n’est plus rien.

Certains se contentent de ce raisonnement matérialiste sans pouvoir prouver qu’il en est ainsi. Mais ils prétendent que la science progressant, elle y parviendra un jour, coupant court à toute superstition ou croyance barbare.

Les conséquences de nos croyances

Il est certain que “nous ne vivons qu’une seule fois” engendre un type de comportement et de société totalement différent. Si vous pensez que vous reviendrez vivre sur terre, vous allez prendre plus soin d’elle que si “après vous le déluge”. Ceux qui croient en cette éternité de l’âme ont tendance à adopter des modes de vie plus réfléchis que ceux qui pensent le contraire.

La soif d’aller vite, de tout prendre et que tout se joue en une seule vie, nous donne certainement une vision de notre passage parmi nos semblables différente de ceux qui pensent que ce ne sont que des “au revoirs”.

La solution pour savoir.

On ne peut parvenir à une certitude qu’en travaillant sur soi-même et en observant ce qui est vrai pour soi ou pas. Adopter la pensée des uns et des autres ne mène à aucune progression personnelle. Il est vital d’être son propre conseiller et d’avoir sa propre observation pour agir selon ses convictions et non celles des autres. Il n’y a que cette voie pour savoir qui nous sommes vraiment, la vraie question derrière toutes les autres.

Vous souhaitez recevoir plus d’information sur la Scientologie ? Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir une brochure d’information offerte.

croix