Comment ne plus être timide

Comment vaincre la timidité

La timidité est un fléau qui frappe malheureusement plus de personnes qu’on ne le pense. Le mécanisme de la timidité est vicieux car il pousse le timide à ne pas sortir de sa zone de confort pour essayer de surmonter son handicap. Du coup, le timide va avoir tendance à s’accommoder de sa situation car vaincre son handicap lui semble trop difficile. Pourtant il existe des moyens de soigner sa timidité et devenir moins timide, voire plus du tout.

La timidité, qu’est-ce que c’est ?

Définition de la timidité

La timidité est une tendance à éviter les interactions sociales, à se sentir mal à l’aise lorsqu’on est au centre de l’attention et à manquer de confiance en soi. Elle peut être ressentie de différentes manières et à divers degrés.

La timidité n’est pas nécessairement un état permanent, elle peut varier en fonction des situations et des circonstances. Certaines personnes peuvent être timides dans certaines situations sociales, mais pas dans d’autres. De même la timidité peut se manifester uniquement vis-à-vis de certaines personnes, par exemple les personnes du sexe opposé, les représentants de l’autorité, les inconnus, etc.

Femme timide

Différence entre timidité et réserve

La timidité et la réserve sont parfois confondues, pourtant il existe une différence significative entre les deux.

La réserve est un mode de fonctionnement social où l’on évite tout excès dans ses paroles ou son comportement, où l’on ne s’engage pas de façon imprudente et où l’on ne se confie pas de manière excessive. Les personnes réservées sont peu enclines à se mettre en avant.

La réserve est plutôt considérée comme une qualité et un mode de fonctionnement volontaire, qui implique une certaine prudence avant de parler ou de se confier, alors que la timidité est considérée comme un handicap que l’on subit et qui empêche de nouer des relations.

Il est également possible d’être à la fois timide et réservé, c’est-à-dire de manquer de confiance en soi et de se sentir mal à l’aise dans certaines situations sociales tout en se gardant des excès dans ses relations avec les autres.

Timidité maladive

La timidité peut être considérée comme « maladive » lorsqu’elle devient excessive ou envahissante et qu’elle interfère de manière importante avec les relations sociales, les activités de la vie quotidienne et la capacité à fonctionner de manière autonome.

La timidité maladive peut être caractérisée par :

  • un niveau élevé d’anxiété qui va causer des crises d’angoisse ou de panique lorsque la personne est exposée à un nombre plus ou moins important de situations sociales ;
  • un grave manque de confiance en soi qui conduit à une auto-critique excessive et à un sentiment d’infériorité ;
  • un évitement des relations avec les autres qui entrave la capacité à se faire des amis et à réussir professionnellement et qui va provoquer une situation d’isolement.
Manque d'assurance

Les situations difficiles pour un timide

Il existe de nombreuses situations qui peuvent être difficiles pour une personne timide, mais voici quelques exemples courants :

  • les situations sociales avec des inconnus ou avec beaucoup de monde comme rencontrer de nouvelles personnes, assister à des événements ou participer à des activités de groupe ;
  • les situations où il y a une forte attention sur soi, comme parler en public, exposer des idées ou des projets en réunion, ou être interviewé ;
  • les situations dans lesquelles il est nécessaire de se mettre en avant, comme demander une augmentation ou une promotion ou faire une demande en mariage ;
  • les situations qui peuvent entraîner un rejet, un refus ou une critique, comme demander à quelqu’un de sortir avec soi ou soumettre un projet à un groupe.
La timidité : frein à la vie sociale

Les causes de la timidité

La timidité est un phénomène complexe qui peut avoir plusieurs causes.

La timidité peut trouver sa source dans les expériences traumatisantes vécues telles que la négligence, les violences physiques ou émotionnelles et les traumatismes reçus pendant l’enfance, l’adolescence ou la vie adulte.

Elle peut aussi trouver son origine dans le modèle d’éducation reçu : les enfants qui ont des parents timides, réservés, peu expressifs vont être plus enclins à devenir timides.

Certaines personnes peuvent être plus timides que d’autres en raison des conventions sociales ou culturelles qui leur sont imposées. Par exemple, les femmes peuvent être plus timides que les hommes en raison d’idées toutes faites disant que les femmes doivent faire preuve de réserve ou de discrétion.

La timidité est souvent multifactorielle et c’est souvent une combinaison de plusieurs causes qui va provoquer son apparition chez une personne.

Comme nous allons le voir maintenant, les situations difficiles pour une personne timide peuvent devenir moins stressantes en faisant un certain travail sur soi et grâce à certains exercices.

Comment vaincre sa timidité ? Comment ne plus être timide ?

Fuir les personnes toxiques et s’entourer de personnes positives

Femme en colère contre une autre femme

Il est important de s’entourer de personnes positives qui vont vous soutenir et de limiter les interactions avec les personnes toxiques.

Les personnes toxiques peuvent être définies comme celles qui ont un comportement négatif ou destructeur, qui sont émotionnellement ou physiquement violentes, qui détruisent la confiance en soi des autres ou qui leur prennent toute leur énergie. Ces personnes n’aiment pas les gens et ne les respectent pas. Elles ne pensent qu’à elles-mêmes et à leurs propres intérêts.

Si vous avez eu dans votre environnement une personne toxique pendant un peu trop longtemps, il est possible qu’elle soit la cause de votre timidité. En effet, il est probable qu’elle vous ait sans cesse répété ou fait comprendre que vous n’êtes pas capable, que vous êtes moins bien que les autres, que vous n’avez pas de courage, que les gens sont méchants, que le monde est dangereux, qu’il faut rester dans son coin, qu’il ne faut pas oser, etc.

Voici quelques étapes pour gérer les personnes toxiques de votre entourage et pour ne plus les fréquenter :

  1. Identifiez les personnes toxiques dans votre vie : prenez du recul et examinez les relations qui vous causent du stress ou qui vous font vous sentir mal à l’aise.
  2. Faites une liste des comportements spécifiques qui vous dérangent chez ces personnes.
  3. Prenez votre courage à deux mains, voyez chacune d’elles et dites-leur individuellement avec clarté et fermeté quel type de relation vous voulez et ce que vous n’acceptez plus à partir de maintenant.
  4. Si la personne change et devient bienveillante, alors vous pouvez continuer à la fréquenter. Dans le cas contraire, mettez de la distance entre vous et elle. Limitez vos interactions avec elle ou évitez-la complètement si vous le pouvez.

Chacun a le droit de se protéger et de choisir les personnes avec qui il souhaite entretenir une relation.

Être positif et bienveillant envers soi-même

À force d’avoir été en contact avec des personnes toxiques qui n’ont pas cessé de vous rabaisser et qui ont réussi à vous faire croire leurs mensonges, il est possible que maintenant ce soit vous qui vous rabaissiez vous-même.

Après avoir fait en sorte de ne plus fréquenter de personnes toxiques, il vous faut maintenant apprendre à ne plus avoir de pensées négatives à votre sujet afin d’arrêter d’être toxique envers vous-même.

Tout d’abord, vous devez prendre conscience que toutes ces pensées négatives parasites sont fausses. En effet, ce n’est pas vrai que vous n’êtes pas capable, que vous n’y arrivez pas, que ce n’est pas pour vous, que vous n’avez pas assez de courage, que vous êtes nul car vous n’osez pas, qu’un refus ou un rejet vous tuerait, que vous allez mourir de honte, etc.

Pourquoi est-ce faux ? Parce qu’il y a sûrement plein de domaines de votre vie où vous vous en sortez et où vous y arrivez. Vous savez faire la cuisine, vous savez conduire, vous savez bricoler, jardiner ou repasser, vous pratiquez un sport, vous avez des compétences professionnelles, etc.

Chaque fois que vous avez une pensée négative, identifiez-la comme telle. Ensuite, forcez-vous à la transformer en pensées rationnelles et positives. Dites-vous à la place : « Je n’ai pas osé ce coup-ci, mais je vais faire ce qu’il faut et je vais finir par le faire. »

À partir de maintenant, efforcez-vous d’être positif et bienveillant envers vous-même.

Ne soyez pas impatient et ne soyez pas fâché contre vous-même si vous n’y arrivez pas aussi vite que vous le voudriez. Cela peut prendre du temps, de la pratique et de la persévérance pour sortir de sa timidité.

Oublier le regard des autres

Femme indifférente aux moqueries des autres

Il peut être difficile d’oublier le regard des autres car on a appris à la dure que les moqueries des autres font mal, que les autres ne sont pas forcément bienveillants et qu’il vaut mieux ne pas s’engager pour ne pas être déçu.

La raison pour laquelle vos mauvaises expériences avec les autres ont mal tourné est que vous aviez dans votre entourage une ou plusieurs personnes toxiques, qui ont profité de la moindre occasion pour vous rabaisser et vous couvrir de honte. En ne fréquentant que des personnes bienveillantes et réellement amicales envers vous, vous n’aurez plus ce genre de problème. Et donc vous n’aurez plus à vous soucier du regard des autres.

De plus, il faut bien comprendre que les opinions des autres ne sont que des opinions et pas des faits. Ce qu’ils pensent et disent n’est pas forcément vrai, loin de là.

Ce n’est pas possible de plaire à tout le monde ou d’être conforme aux opinions de tout le monde, car toutes les idées existent ainsi que leur contraire. Une personne de petite taille risque de vous trouver trop grand et une personne de grande taille vous considèrera probablement comme trop petit.

Donc, à partir de maintenant, écoutez-vous, faites les choses pour vous-même, selon votre point de vue. Concentrez-vous sur vos propres besoins, désirs et aspirations, bien sûr sans oublier les besoins, désirs et aspirations de ceux que vous aimez et qui vivent dans votre entourage.

Finalement, soyez ouvert aux critiques constructives. S’il y a quelque chose que vous devriez améliorer, les personnes positives et amicales vous le diront probablement, mais elles vous le diront gentiment. Et puis elles mettront beaucoup plus souvent l’accent sur vos qualités que sur vos défauts. Donc acceptez les remarques constructives venant de leur part.

Travailler sa confiance en soi

La timidité est très liée à la confiance en soi. Si vous aviez une totale confiance en vous dans tous les domaines des relations humaines, il est probable que vous ne seriez pas timide. Pour vous aider, vous pouvez lire cet article sur comment avoir confiance en soi.

Réajuster ses valeurs

Pour vous aider à surmonter votre timidité, il peut être bon de prendre un peu de temps pour réfléchir aux choses qui sont importantes pour vous et auxquelles vous tenez le plus. En effet, votre timidité peut être liée à vos valeurs.

Par exemple, si ce qui est important pour vous est la discrétion, la réserve, la retenue, la pondération, le calme, la sécurité, la tranquillité, eh bien cela va renforcer votre timidité. Souvent les valeurs que l’on a viennent de notre éducation. Il est possible d’en changer et vous devriez le faire afin de dépasser votre timidité.

Vous devriez également travailler à développer en vous les valeurs opposées à la timidité : l’accomplissement de soi, l’affirmation de soi, l’audace, la confiance en soi, le courage, les autres.

Lisez et suivez les conseils de cet article qui explique comment identifier ses valeurs et comment les travailler.

Sortir petit à petit de sa zone de confort

Personne franchissant un torrent sur une planche

Vos idées sont aussi importantes que celles des autres, donc vous avez autant le droit que les autres de les exprimer. Même si c’est difficile au départ, forcez-vous à vous exprimer, à dire ce que vous pensez, à participer, à vous engager. En continuant à le faire, petit à petit, cela deviendra plus facile.

De la même manière, apprenez à dire non aux demandes qui ne correspondent pas à ce que vous voulez. Si vous n’aimez pas faire quelque chose, dites-le au lieu de ne rien dire par timidité et ensuite vous retrouver à faire des choses qui plaisent aux autres mais pas à vous. Vous pouvez dire non de manière gentille, cela ne vexera pas les autres. Vous pouvez expliquer en quoi ce que l’on vous propose ne vous convient pas. Si la personne qui vous le demande est bienveillante, elle le comprendra et respectera votre choix et votre point de vue.

Apprenez à vous défendre lorsque vous êtes attaqué ou critiqué. Ne vous laissez pas impressionné par quelqu’un énervé ou en colère. Ce n’est qu’une émotion. Ce n’est pas parce qu’il est en colère qu’il a raison. Restez calme et expliquez-lui votre point de vue sans vous énerver. Si vous faites cela, il est probable qu’il se calme et qu’il reconnaisse qu’il s’est trompé. Si c’est une personne que vous savez être toxique, n’insistez pas et éloignez-vous d’elle. Il est inutile de vouloir la raisonner, son seul et unique but étant de perturber les autres.

La vie est plus agréable et plus heureuse quand on passe son temps à faire ce que l’on aime que quand on passe son temps à essayer d’éviter ce que l’on n’aime pas.

La vie doit être vécue pleinement. Il est bien plus satisfaisant de la mordre à pleines dents que de s’en retirer et d’éviter tout ce qui est pénible. Apprenez à dompter vos peurs, faites ce que vous avez envie de faire, votre vie n’en sera que plus heureuse et intéressante.

Sortir de sa zone de confort et oser dire les choses est plus facile à dire qu’à faire quand on est timide. Nous allons donc maintenant voir comment y arriver progressivement.

Se préparer et s’entraîner

Comment entamer et mener une conversation

Deux personnes parlant l'une avec l'autre

Tout d’abord, présentez-vous et commencez à faire connaissance avec la personne. Vous pouvez lui poser des questions sur sa famille (Est-elle mariée ? A-t-elle des enfants ?), son travail, ses hobbies, ses centres d’intérêt. Après avoir répondu à vos questions, elle va probablement vous poser les mêmes questions pour mieux vous connaître.

Posez plutôt des questions ouvertes (dont la réponse n’est pas « oui » ou « non ») pour permettre à la personne de s’exprimer librement et pour maintenir la conversation en cours.

Écoutez activement votre interlocuteur. Prêtez attention à ce que l’autre personne dit et montrez que vous êtes intéressé en hochant la tête, en la regardant, en souriant si c’est approprié à ce qu’elle dit, etc.

Soyez authentique et soyez vous-même plutôt que de vous forcer à être quelqu’un d’autre. Ne faites pas semblant d’être intéressé, soyez-le réellement.

Soyez attentif aux besoins de l’autre personne. Si vous soupçonnez que quelque chose ne lui convient pas, demandez-le-lui. Faites preuve de flexibilité et soyez disposé à changer de sujet si la conversation ne se déroule pas comme prévu.

La communication est un processus réciproque et ne doit pas se finir en monologue avec une seule personne parlant. Même si certaines personnes sont plus bavardes que d’autres, chaque personne devrait pouvoir s’exprimer au cours d’une conversation.

Faites la liste de toutes les situations des relations humaines avec lesquelles vous n’êtes pas à l’aise ou dans lesquelles vous vous sentez paralysé par la timidité. Cela peut être que vous êtes timide avec les hommes ou avec les femmes, avec votre copain ou votre copine, en classe, avec vos amis, au travail, avec les collègues, etc.

Avec quelqu’un de votre entourage que vous appréciez et qui sait vous écouter et vous comprendre, prenez chacune des situations listées ci-dessus et exercez-vous à entamer et mener une conversation. Demandez à la personne qui vous aide de jouer le rôle d’un homme si vous êtes timide avec les hommes. Faites plusieurs scénarios jusqu’à ce que vous vous sentiez plus à l’aise. Vous pouvez répéter cet exercice aussi souvent que nécessaire, pour chaque situation que vous rencontrez.

Cette approche va peut-être vous sembler un peu simpliste mais elle marche. En vous exerçant, en vous entraînant, vous allez devenir plus compétent dans le domaine et vous allez acquérir une plus grande confiance en vous. La confiance en soi s’acquiert en devenant compétent, la compétence s’acquiert en pratiquant, ce principe est valable pour tous les secteurs de la vie, y compris les relations humaines.

Comment prendre la parole en public

Femme prenant la parole dans une réunion

Nous allons prendre ici l’exemple d’une personne qui doit prendre la parole au cours d’une réunion et qui doit faire un compte rendu de son travail. Les principes ci-dessous s’appliquent à n’importe quelle prise de parole en public comme un discours à une audience, une interview pour une radio ou la télévision, etc.

Préparez ce que vous avez à dire à l’avance, en définissant clairement votre message et en structurant vos idées. Si nécessaire, rédigez votre texte ou rédigez un plan avec les idées principales.

Là encore, le secret réside dans la préparation. Exercez-vous tout seul à faire votre compte rendu oral. Si nécessaire, lisez votre texte au début, puis au fur et à mesure détachez-vous-en. À force de répéter ce que vous avez à dire, vous finirez par ne plus avoir besoin de votre support écrit.

L’étape d’après est de faire des répétitions devant un petit public de personnes que vous connaissez bien et avec lesquelles vous vous sentez en confiance. Cela peut être des membres de votre famille, des amis ou des collègues. Familiarisez-vous avec le fait de délivrer votre discours à des personnes. Faites-le jusqu’à ce que vous puissiez dire ce que vous avez à dire en étant détendu, tout en regardant votre public dans les yeux et en parlant d’une voix claire et assurée.

À l’étape d’après, demandez à ceux qui vous aident de rajouter des imprévus à la situation, de poser des questions, d’exprimer des doutes ou des désaccords afin de vous entraîner à gérer tout ce qui pourrait se produire, en douceur et sans que cela vous perturbe.

Rappelez-vous que prendre la parole en public est un processus qui nécessite de la pratique, que les erreurs sont inévitables et sont un moyen de s’améliorer, et que l’objectif n’est pas d’être parfait mais de communiquer efficacement ses idées.

Être patient et se donner du temps

La timidité est souvent liée à des années de conditionnement et de croyances limitantes. La surmonter peut donc demander du temps et de la persévérance.

Même si le chemin est long et difficile, soyez patient avec vous-même. Dites-vous bien que s’exercer et persévérer vont finir par payer. Toutes les personnes qui sont devenues compétentes dans un domaine sont passées par là.

Soyez bienveillant envers vous-même en vous donnant la permission de faire des erreurs et de ne pas y arriver du premier coup.

Soyez conscient de vos progrès, même les plus petits, et récompensez-vous quand vous franchissez une étape importante.


La timidité est un lourd fardeau qui peut rendre la vie beaucoup plus difficile. Mais il est possible de la dépasser. Et même si le chemin pour en sortir est parfois long, persévérez, car à la sortie du tunnel, se trouve une vie beaucoup plus agréable et heureuse.

Articles similaires
Comment se faire respecter
Comment être respecté par les autres au travail et dans la vie

Être respecté et respecter les autres est fondamental pour développer des relations saines, que ce soit au travail ou dans ... Lire la suite >>

Retour en haut