Sommaire

Une présentation de

L. Ron Hubbard

Il n’existe que deux critères d’une vie bien menée, a fait remarquer un jour L. Ron Hubbard : a-t-on fait ce que l’on avait l’intention de faire ? Et les autres sont-ils heureux qu’on ait vécu ?

L’intégralité de l’œuvre de sa vie, notamment plus de dix mille écrits et trois mille conférences enregistrées de Dianétique et de Scientologie, viennent répondre à la première question.

Des dizaines de millions de personnes, dont la vie s’est manifestement améliorée grâce à L. Ron Hubbard, répondent à la seconde. Ce sont des générations d’étudiants qui savent réellement lire aujourd’hui grâce aux découvertes de L. Ron Hubbard dans le domaine de l’éducation ; des millions de personnes sont libérées de l’emprise de la drogue grâce à ses percées en matière de désintoxication ; d’autres encore ont été influencées positivement par son code moral non religieux ; et des millions d’autres considèrent son œuvre comme clé dans leur existence spirituelle.

« Si les choses étaient un tout petit peu mieux connues et comprises, nous mènerions tous une vie plus heureuse. »

 

L. Ron Hubbard

13 mars 1911 L. Ron Hubbard est né à Tilden dans le Nebraska (Etat du centre des Etats-Unis).

1927 Le jeune L. Ron Hubbard maintenant âgé de 16 ans s’embarque à bord du paquebot President Madison en partance de San Francisco pour le Japon et la Chine. Cela marque le début d’un long séjour en Asie qui lui laissera une impression indélébile.

1930-1931 Il s’inscrit à l’université George Washington où il étudie l’ingénierie et la physique moléculaire.

1934-1936 Il se lance dans une carrière de romancier et produit pendant cette période une moyenne phénoménale de 230 pages par mois. Il devient rapidement célèbre comme auteur de romans à énigmes, de westerns, de romans à suspense, de récits d’aventures et même occasionnellement de romans d’amour.

1941-1950 L. Ron Hubbard reçoit son permis de capitaine toutes mers, tous navires. Trois mois plus tard, il est nommé lieutenant du corps de réserve de la marine des Etats-Unis. Quand les Etats-Unis s’engagent dans la Seconde Guerre mondiale, le lieutenant Hubbard est envoyé en Australie où il coordonne les secours apportés aux troupes américaines.

Au début de l’année 1945, alors qu’il se remet de blessures de combat, il utilise les premières techniques de Dianétique et obtient des résultats spectaculaires : la guérison rapide de patients soi-disant condamnés. Fort de cette avancée, il se consacre aux perfectionnements de la Dianétique.

1950 Le 9 mai 1950, le livre La Dianétique : la puissance de la pensée sur le corps est publié et se retrouve rapidement sur la liste des best-sellers du New York Times. Il y restera durant vingt-huit semaines consécutives. De cette publication naîtra ce que les journaux ont appelé le mouvement à l’essor le plus rapide de toute l’Amérique.

Pour à la fois faire progresser le sujet techniquement et répondre aux demandes de formation, une première Fondation Hubbard de recherches en Dianétique est créée à Elisabeth dans la banlieue new-yorkaise. Des organisations sœurs suivent bientôt à New York, Chicago et Los Angeles. A la fin du mois de décembre, L. Ron Hubbard aura donné plus de 140 conférences parmi lesquelles une conférence donnée à plus de 6000 personnes à Los Angeles, à l’auditorium Shrine.

1952-1954 Maintenant qu’il est déterminé qu’un être humain est fondamentalement spirituel, une voie de recherche s’ouvre vers la découverte des vérités fondamentales de l’existence spirituelle. La fondation de la Scientologie s’ensuit inévitablement. Comme l’annonce de la Scientologie suscite un intérêt international, L. Ron Hubbard se rend à Londres. Il parcourt également l’Europe, présentant la Scientologie dans des universités et à des communautés religieuses en France, en Allemagne et en Espagne.

1956-1958 L. Ron Hubbard présente alors les bases de la Scientologie dans le livre Scientologie : les fondements de la vie et établit ainsi un lien entre la Scientologie et les difficultés majeures de l’existence moderne.

De cette période date aussi l’application de la Scientologie au monde du travail, comme cela est exposé dans le livre Les Problèmes du travail.

1962-1964 C’est la période où il isole les barrières fondamentales à l’étude et à l’aptitude à lire et à écrire. Le résultat en est la technologie de l’étude, employée dans le monde entier à la fois dans les organisations de Scientologie et dans de nombreuses écoles.

1968-1970 A la fin des années 1960, L. Ron Hubbard s’attaque au problème de la drogue. Cherchant à résoudre le problème à sa source, il isole les facteurs causant la dépendance à la drogue. Il en résulte un programme qui non seulement met fin à tout dépendance mais remédie aux causes sous-jacentes qui ont entraîné l’usage des drogues.

1981-1983 « Essayer de survivre dans une société chaotique, malhonnête et généralement immorale est difficile. » explique L. Ron Hubbard. Il écrit alors Le Chemin du bonheur et présente ainsi à la société un premier code moral non religieux et un guide pour vivre fondé sur le bon sens. Le guide est distribué gratuitement à tous les niveaux de la société, notamment dans les milieux d’affaires et dans la police.

Le philanthrope

Malgré toutes les merveilles technologiques que connaît ce siècle – en médecine, dans les transports, l’énergie et les communications électroniques – nous vivons dans une société profondément troublée. Sous le triple assaut de la toxicomanie, de la criminalité et du déclin des valeurs morales, une bonne partie de ce monde est devenue une terre de désolation.

Solution à l’éducation

« Les enfants d’aujourd’hui seront la civilisation de demain. » L. Ron Hubbard

Dès 1950, L. Ron Hubbard avait indiqué que toute défaillance dans le système éducatif aurait un impact négatif sur la société dans son ensemble.

Pour résoudre cette crise, L. Ron Hubbard présenta ses méthodes éducatives. Tirées de ses quelque quarante années d’expérience en tant qu’éducateur, elles présentent pour la première fois une compréhension globale des barrières rencontrées par tout élève, étudiant ou toute personne voulant véritablement apprendre.

Réponse aux drogues

 

L. Ron Hubbard s’était depuis longtemps rendu compte du danger potentiel que représentaient les drogues en matière de souffrance humaine, mais ce fut la révolution dite « psychédélique » des années 1960 qui l’incita à faire des recherches plus approfondies sur la désintoxication. Son constat était simple : personne ne peut être libre sur le plan spirituel s’il a pris des substances chimiques, telles que des drogues ou certains médicaments.

Le chemin du bonheur

 

Au début des années 1980, le monde était devenu, pour reprendre les mots de L. Ron Hubbard, une véritable jungle. Les symptômes se multipliaient. Cette époque a vu l’apparition de fortunes colossales bâties sur l’escroquerie et les manipulations boursières. Il nous vient peut-être à l’esprit l’art et les divertissements des années 1980, mais cette époque a marqué le début d’une véritable ère de violence effrayante. Qui peut oublier ce que ces années ont représenté en matière de violence urbaine et de guerres de gangs !

C’est dans ce contexte que L. Ron Hubbard a présenté Le chemin du bonheur, en 1981.

Criminon : la route vers le respect de soi-même

 

Aucun exposé sur l’impact du livre Le chemin du bonheur ne saurait être complet sans parler du programme de réhabilitation des criminels dont ce livre fait partie. Ce programme connu sous le nom de Criminon (non au crime), est fondé sur des découvertes de L. Ron Hubbard. Vers la fin des années 1940, alors qu’il servait lui-même comme officier de police à Los Angeles, L. Ron Hubbard fit des recherches pour comprendre la délinquance. Il isola les facteurs à la base du comportement criminel et trouva des méthodes pour y remédier.

Les solutions pour l’administration

 

« Ce ne sont pas les rêves de l’homme qui le trahissent », a déclaré L. Ron Hubbard en 1969. « C’est le manque du savoir-faire nécessaire pour que ces rêves deviennent réalité. » Pour cette seule et unique raison, « des nations entières, sans parler d’entreprises commerciales, de sociétés ou de groupes, ont passé des décennies à se débattre dans une mer de confusion ».

Les conséquences nous sautent aux yeux tous les jours dans les gros titres : déficits catastrophiques, une fiscalité écrasante, des entreprises en faillite, et rien qu’aux États-Unis, une quarantaine de millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. L. Ron Hubbard explique également que : « Le bonheur de l’Homme et la longévité des entreprises et des États semblent dépendre du savoir-faire en matière d’organisation. »

Si nous comprenons véritablement comment les individus fonctionnent le mieux – leurs besoins, leurs aspirations et la raison de leurs échecs – nous pourrons naturellement comprendre comment des groupes d’individus fonctionnent eux aussi le mieux. Telle était la position de L. Ron Hubbard lorsqu’il a abordé la question de la coopération entre les gens, non pas avec des systèmes rigides ou des hiérarchies autoritaires, mais avec une vision pleine d’humanité et considérant les groupes comme des individus travaillant ensemble pour un but commun.

L’artiste

« Pendant une quinzaine d’années, a déclaré L. Ron Hubbard dans un article de 1965, j’ai étudié, parmi d’autres branches de la philosophie, le sujet de L’ART. »

Il y avait deux raisons à cela. En premier lieu, comme il l’a expliqué : « L’art est l’activité humaine la moins codifiée et la moins comprise. »

L’écrivain

 

Avec cinquante mille pages publiées entre 1929 et 1941, le nom de L. Ron Hubbard était littéralement synonyme de fiction populaire durant les années 1930 et 1940. En fait, comme son ami et collègue écrivain Frederik Pohl le déclara : « Dès l’instant où les histoires de Ron apparaissaient dans les kiosques à journaux, elles faisaient partie intégrante du patrimoine culturel de chaque fan. » Compte tenu de l’ampleur de son œuvre au fil des années – plus de deux cents récits et romans embrassant tous les genres populaires : mystère, western, aventure, fantastique, science-fiction et même romance – ce patrimoine culturel était effectivement abondant.

Le photographe

 

Photographie signifie, comme L. Ron Hubbard aimait à le faire remarquer, « écriture avec la lumière », et étant donné la façon dont ses photos parlent, cette phrase décrit bien son œuvre. Étudiant passionné de cet art durant sa jeunesse, sa carrière dans le domaine commença réellement vers la fin des années 1920 avec une série d’images célèbres photographiées au cours de ses voyages en Asie et dans le Pacifique Sud. Plusieurs de ses photos ont été achetées par le National Geographic.

Association Spirituelle de l'Eglise de Scientologie - Celebrity Centre

69, rue legendre

75017 Paris

01 46 27 65 00

ccparis@scientology.net

Celebrity Centre Paris

69, rue legendre – 75017 Paris

NEWSLETTER

croix