Bienvenue sur le site de l'église de Scientology
Celebrity Centre Paris

Qui suis-je vraiment ? Comment savoir qui on est ?

Qui suis-je vraiment - Comment savoir qui on est

Table des matières

Avez-vous parfois l’impression de ne plus savoir qui vous êtes, où vous en êtes, ce que vous voulez ou ce que vous valez ?

Ou bien vous n’avez peut-être jamais réellement su qui vous étiez ni ce que vous vouliez.

Puis-je savoir qui je suis vraiment ?

Cette question de savoir qui on est semble être au premier abord très simple, voire trop simple. En effet, vous savez très bien qui vous êtes : vous avez un prénom, un nom, vous êtes un homme ou une femme, vous avez tel âge, vous êtes une mère ou un père, vous faites tel métier, etc.

Ces éléments sont plus ou moins liés à votre identité physique, votre vie sociale ou professionnelle. Mais vous êtes bien plus que cela. 

Vous avez des envies, des passions, des motivations, des valeurs, vous avez une histoire, des expériences, vous avez des peurs, des convictions, des forces et des faiblesses. Vous avez des émotions, certaines choses vous font vibrer, d’autres vous révoltent ou vous transportent.

Ainsi chaque individu est d’une grande richesse. Mais comment différencier ce qui est nous-même de tout ce qui n’est pas réellement nous. En effet, depuis notre enfance, nous avons été influencés par nos parents, notre entourage, notre éducation, la télévision, la publicité, internet, les réseaux sociaux et la société au sens large. Ainsi on a pu chercher à ressembler à telle ou telle personne, on a pu s’habiller comme ses amis ou adopter le langage de son entourage. 

Toutes ces influences extérieures sont entrées en nous et parfois il devient difficile de répondre à la question : « Qui suis-je vraiment ?  »

Pourquoi savoir qui je suis ?

Il est important de bien se connaître afin d’orienter ses choix et sa vie vers ce qui nous apporte bonheur et satisfaction. Savoir qui nous sommes, connaître notre caractère, ce qui nous plaît, ce dont nous avons horreur, eh bien tout cela va nous permettre d’éviter de nous orienter vers des métiers et des activités qui vont nous rendre malheureux. Cela va nous permettre de nous connecter aux bonnes personnes, celles qui vont nous rendre heureux, car elles correspondent à nos valeurs et à ce que nous aimons. 

Le problème est que parfois on ne sait pas vraiment ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas, ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas, qu’elles sont nos motivations et nos objectifs. Ce genre de situation arrive souvent quand on est jeune, car on n’a pas encore eu beaucoup d’occasions de découvrir ce qui nous plaît.

Comment apprendre à se connaître soi-même : les 4 erreurs à éviter

Comment apprendre à se connaître soi-même

En prenant un peu de recul, nous pouvons isoler dans un premier temps quelques éléments de réponses qui tombent sous le bon sens. Nous pouvons effectivement nous définir à priori sous deux angles :

  • Une identité physique : Je suis une femme, je mesure 1,70 mètre, j’ai les yeux bleus, les cheveux bruns…
  • Une identité psychique : la partie invisible pour les yeux. Nos sentiments, nos convictions personnelles qui contribuent à notre individualité, notre singularité.

Chaque individu est le résultat d’un ensemble important de causes qui vont, au cours de son existence, le façonner plus ou moins consciemment.

Sur le plan psychique, de nombreux facteurs vont le façonner, parmi lesquels son histoire personnelle, son éducation, l’influence de son entourage (privé, professionnel et social au sens large), les règles morales intégrées, ses succès et ses échecs, etc.

Avant de voir comment découvrir qui on est, il y a quelques erreurs à éviter :

1. Se comparer aux autres

Chaque personne est unique. Vous trouverez toujours quelqu’un de meilleur que vous dans tel ou tel domaine ou concernant tel ou tel trait de caractère. Il y aura toujours quelqu’un de plus calme, plus compétent, plus diplomate, plus adroit, plus intelligent, plus convaincant, plus boute-en-train, etc. 

2. Se juger négativement

Certains défauts peuvent être des qualités dans certaines circonstances. Ou, dit autrement, on peut avoir les qualités de ses défauts. Par exemple, pour être comptable il faut certainement être calme, posé et méthodique. Mais ces qualités risquent d’être considérées comme des défauts pour un créatif dans une agence de pub à qui on va plutôt demander d’être d’une grande vivacité créatrice. En fait, beaucoup de traits de caractère ne sont ni des qualités ni des défauts. 

3. Penser que notre personnalité est immuable

Notre personnalité est changeante au fil du temps et de nos expériences. Nous ne sommes pas les mêmes maintenant que quand nous étions enfants ou qu’il y a quelques années. Cela veut également dire que vous pouvez changer si vous le décidez. Si vous n’êtes pas satisfait d’un de vos traits de caractère, vous pouvez le changer si vous y travaillez. Avec un peu de volonté et de persévérance, il n’y a pas de situation que vous ne pouvez pas améliorer.

4. Se fier au regard des autres pour se connaître

Ne prenez pas pour argent comptant ce que vous disent les autres concernant ce que vous êtes. Tout d’abord, les autres vous voient subjectivement au travers du prisme de leur propre personnalité, de leur expérience, de leurs qualités et défauts, etc. Deux personnes différentes ne vont pas vous voir de la même façon et ne vont pas vous dire la même chose de ce que vous êtes ou de comment vous êtes. De plus, ils peuvent se tromper, ils peuvent vous dire que vous êtes comme ceci ou comme cela alors qu’il ne s’agissait que d’un état passager chez vous. Et puis certaines personnes peuvent ne pas vous vouloir du bien et vous dire des méchancetés qui n’ont rien de vrai.

Ne laissez personne vous dire qui vous êtes, ce que vous devez être ou comment vous devez être. Soyez votre propre juge et votre propre conseiller. La vérité sur vous-même est en vous, pas chez les autres. Fiez-vous à ce que vous ressentez, ce que vous percevez et ce que vous observez vous concernant.

Si vous avez dans votre entourage une personne toxique, il est fort probable que vous ne sachiez plus où vous en êtes, ni même qui vous êtes. La cause de votre état est votre relation avec cette personne. Ce que vous pourriez tenter de faire, c’est d’avoir une vraie discussion avec cette personne afin de comprendre pourquoi elle se comporte ainsi avec vous. Si vous n’arrivez pas à la faire changer d’attitude envers vous, la chose à faire serait de vous en éloigner. Vous allez vous rendre compte que vous allez rapidement vous sentir mieux, regagner confiance en vous, retrouver vos certitudes sur qui vous êtes.

Comment savoir qui je suis, comment se connaître soi-même ?

Savoir qui on est n’est pas forcément simple, car cela nous demande de nous retrouver et la vie s’est chargée de nous perdre. De nombreuses fois, on nous a dit qu’on était ainsi et ainsi, qu’on avait telle qualité ou tel trait de caractère (on était gentil, pénible, stupide, sympa, etc.), on nous a dit également de ne pas être ceci ou cela en sous-entendant qu’on l’était (ne sois pas désagréable, borné…). Et puis on nous a dit que l’on ressemblait à notre père ou notre mère, notre frère, notre sœur ou n’importe quel autre membre de la famille ou encore une autre personne de notre entourage.

Pour vous retrouver, il va être nécessaire de localiser certains éléments qui vont vous aider à découvrir qui vous êtes. 

Comment savoir qui je suis

1. Ce que vous aimez

La première étape pour mieux vous connaître et mieux vous comprendre va être de prendre une feuille de papier et de faire la liste de ce que vous aimez faire : activité physique, sport, famille, amis, travail, activité artistique, lecture, musique, cinéma, séries TV, jeux (vidéos, de société, en ligne, etc.), voyage, cuisine, bricolage, jardinage, etc.

Pour être sûr de lister tout ce que vous aimez et tout ce que vous aimez faire, vous devriez passer en revue votre vie et localiser tous les moments où vous avez ressenti de la joie. Faites un petit retour en arrière et essayez de vous souvenir de tous ces moments de bonheur petits et grands. Cela peut être dans votre enfance, à l’école, en famille, en pratiquant une activité (sportive, artistique, manuelle, intellectuelle), au travail, avec des amis, en vacances, à la maison, etc.

Notez exactement pour chacun de ces moments ce qui vous a apporté de la joie. Que faisiez-vous qui était si génial ?

2. Vos qualités

L’étape suivante va être de faire la liste de vos qualités. Ce qui est important, ce ne sont pas les qualités que les autres disent que vous avez, mais les qualités que vous, vous pensez avoir  ou êtes sûr d’avoir.

Parfois, on peut avoir une mauvaise opinion de soi. Si c’est le cas, en faisant la liste, faites-vous confiance et portez un regard le plus positif possible sur vous-même. 

Pour vous aider, voici une liste de qualités classées en 4 grandes catégories. Ce classement n’a rien de très définitif, car certaines qualités appartiennent à plusieurs catégories.

Qualités générales :
Altruiste, appliqué(e), assuré(e), attentif(ve), audacieux(se), calme, digne de confiance, enthousiaste, ferme, honnête, intègre, juste, loyal(e), maître de soi, optimiste, original(e), patient(e), positif(ve), prudent(e), responsable, sérieux(se), stable, vif(ve), vigilant(e).

Qualités relationnelles :
Aimable, attentionné(e), bienveillant(e), chaleureux(se), charismatique, communicatif(ve), compréhensif(ve), conciliant(e), coopératif(ve), diplomate, discret(e), doux(ce), drôle, empathique, extraverti(e), fidèle, franc(he), gai(e), généreux(se), gentil(le), indulgent(e), loquace, modeste, naturel(le), persuasif(ve), poli(e), prévenant(e), rassurant(e), réservé(e), respectueux(se), sensible, serviable, sincère, sociable, souriant(e), spontané(e), sympathique, tendre, tolérant(e).

Qualités intellectuelles :
Avisé(e), créatif(ve), cultivé(e), curieux(se), imaginatif(ve), intelligent(e), inventif(ve), logique, objectif(ve), obstiné(e), persévérant(e), précis(e), raisonnable, rationnel(le), réfléchi(e), rigoureux(se).

Qualités liées à l’action, l’activité et le travail :
Ambitieux(se), autonome, combatif(ve), courageux(se), débrouillard(e), décidé(e), dynamique, efficace, énergique, entreprenant(e), impliqué(e), indépendant(e), joueur(se), meneur(se), méthodique, méticuleux(se), motivé(e), ordonné(e), organisé(e), pragmatique, prévoyant(e), productif(ve), réactif(ve), réaliste, soigneux(se), sportif(ve), studieux(se), travailleur(se).

3. Vos objectifs et vos valeurs

Comment se connaître soi-même

On cherche tous à être heureux, à mener une vie agréable et satisfaisante. Maintenant, on n’emprunte pas tous le même chemin pour y arriver. Pour chacun de nous, être heureux ou mener une vie agréable ne se définit pas de la même façon. Nous ne recherchons pas les mêmes choses.

De la même façon, nous n’avons pas tous les mêmes buts, les mêmes priorités, les mêmes valeurs. Ce qui est important dans la vie n’est pas la même chose d’une personne à l’autre. 

Pour certains ce qui est vraiment important, c’est la vie de famille, pour d’autres cela va être de faire le métier qui leur plaît, ou aider les autres, pratiquer tel sport, exercer telle activité artistique, créer sa société, diriger des équipes, être à son compte, rencontrer des gens, vivre de sa passion, faire partie d’une équipe, réussir professionnellement, faire le bien, etc.

Sur une autre feuille, faites la liste de vos motivations, objectifs et valeurs.

Pour vous aider, voici une liste de valeurs classées par catégories. Ce classement n’est pas définitif : il en manque sûrement quelques-unes et certaines devraient apparaître dans plusieurs catégories.

Les valeurs morales et éthiques :
Le bien (faire le bien), le devoir, l’autodiscipline, la dignité, la discipline, la droiture, l’égalité, l’équité, la gratitude, l’honnêteté, l’honneur, l’humilité, la justice, la liberté, le libre arbitre, la loyauté, la modération, la nature (respect, protection), la paix, le partage, la réciprocité, le respect, la responsabilité, la vérité.

Les valeurs intellectuelles :
La compréhension, la connaissance, la créativité, la culture, la curiosité, l’éducation, l’exactitude, l’ingéniosité, l’intelligence, la lucidité, l’ouverture d’esprit, la réflexion, la rigueur, la sagesse.

Les valeurs esthétiques :
L’art, la beauté, l’élégance, l’esthétisme, la grâce.

Les valeurs spirituelles : 
La religion, le sacré, la spiritualité.

Les valeurs individuelles :
L’accomplissement (de soi, de ses buts et rêves), l’affirmation de soi, l’audace (tenter des choses au mépris du danger), l’autonomie, l’aventure, le bien-être, le bonheur, le calme, la certitude, la confiance en soi, le courage, le dynamisme, l’enthousiasme, l’extravagance, la force (physique, morale), la gaieté, l’humour, l’intimité, la joie, la maîtrise de soi, l’optimisme, l’ordre, l’originalité, le plaisir, la propreté, le raffinement, la relaxation, le repos, le sang-froid, la santé, la satisfaction, la sécurité, la sensibilité, la sérénité, la simplicité, la stabilité, la tradition, la tranquillité, la variété, la vigilance, la vivacité.

Les valeurs familiales et sociales :
L’aide, l’amitié, l’amour, l’authenticité, les autres, la bienveillance, la bonté, la célébrité, la conformité, le conformisme, la considération (l’admiration, les honneurs), la convivialité, la coopération, la courtoisie, la délicatesse, la discrétion, la disponibilité, l’empathie, l’esprit d’équipe, la famille, la fidélité, la flexibilité, la franchise, la fraternité, la galanterie, la générosité, l’harmonie, l’héroïsme, l’importance sociale, la jeunesse (paraître jeune, rester jeune), la politesse, la prévenance, la proximité, le sentiment d’appartenance, la sincérité, la solidarité, le soutien, la spontanéité, la sympathie, la tolérance, l’unité, l’utilité.

Les valeurs économiques et matérielles (travail, pratique d’une activité, d’un sport ou d’un jeu, accumulation de biens matériels) :
La compétence, le confort, les défis, le divertissement, l’efficacité, l’endurance, l’engagement, être le meilleur, l’excellence, l’expertise, l’indépendance financière, les jeux, la performance, le pouvoir, la réussite, la richesse, le sport, le succès, le surpassement de soi, le travail, le travail d’équipe.

4. Vos aptitudes, vos compétences

Connaître ce que l’on aime, ses objectifs et ses valeurs va aider pour trouver sa voie professionnelle. Cependant pour trouver le ou les métiers dans lesquels on va s’épanouir, il y a un dernier élément important à prendre en considération : vos compétences.

Pour définir vos compétences, vous devriez avoir une vision large : il y a bien sûr les compétences que vous avez acquises au cours de votre parcours scolaire et universitaire, mais il est possible que vous ayez développé des compétences de manière naturelle ou au travers de formations (formations en entreprise, cours en ligne, etc.).

Dans un premier temps, faites la liste de vos compétences. 

Dans un second temps, faites la liste des domaines dans lesquels vous avez des facilités sans avoir encore acquis de compétences. Il sera relativement aisé pour vous de vous former dans ces domaines. Ne vous limitez pas, notez tous les domaines, quels qu’ils soient. Cela peut être très varié et comprendre des domaines comme : faire la cuisine, s’occuper d’enfants en bas âge, pratiquer tel sport, jouer de tel instrument de musique, faire pousser des plantes, s’occuper d’animaux, créer des sites internet, faire vivre un compte d’un réseau social, faire des calculs ou des mathématiques, entrer en relation avec les autres, parler une langue étrangère, écrire des articles, etc.

Connaître les domaines dans lesquels on a des facilités va vous aider à choisir votre cursus universitaire. Faire des études dans un domaine pour lequel on n’a pas de disposition et que l’on n’aime pas est source de frustration et conduit souvent à l’échec. Au contraire, faire des études dans un domaine dans lequel on a des facilités et que l’on aime est source de joies et de réussite.

La dernière étape va être de faire la liste des métiers que vous aurez plaisir à exercer.

Demandez-vous ensuite si vous avez les compétences et les qualités nécessaires pour ces métiers et s’ils correspondent à votre caractère. Par exemple, si vous voulez être commercial, il ne faut pas être timide, il faut avoir un bon sens du contact, il faut aimer échanger.

Pourquoi apprendre à mieux se connaître ?

Apprendre à mieux se connaître

Certains explorateurs passent leur vie à sillonner les océans, parcourir les terres arides, explorer les banquises glaciales, traverser les déserts brûlants, les jungles impénétrables…

Et si nous étions nous-mêmes notre propre aventure ? La plus stupéfiante des chasses au trésor que nous ne puissions jamais vivre ? La grande aventure de la découverte de soi…

La connaissance de nous-mêmes passe par un certain nombre de questionnements et demande courage et persévérance de la part du chercheur, comme dans toute aventure véritable.

Cependant, cette entreprise va vous apporter les plus grandes des récompenses. 

En effet, la connaissance de soi-même va vous apporter l’unique sécurité qui importe : la confiance et la certitude. Elle va améliorer votre vitalité et votre attitude envers la vie. Elle va vous apporter joie et satisfaction, car vous serez en harmonie avec vous-même et vous aurez trouvé votre place et votre mission dans la société.

Comment aller plus loin et arriver à se connaître réellement ?

Parfois, malgré nous, nous ne sommes pas nous-mêmes, nous nous mettons en colère alors que nous ne le voudrions pas, nous faisons preuve de faiblesse alors que nous voudrions être fort(e) et résister ou tenir tête, nous nous sentons soudainement triste sans savoir pourquoi. Nous avons alors l’impression que c’est quelque chose d’autre qui a pris le contrôle de nous-mêmes et nous ne sommes plus qu’une marionnette dirigée par quelque chose d’autre. 

Nous nous rendons bien compte que, dans de telles circonstances nous ne sommes pas nous-mêmes. Et nous avons raison de penser cela, car il existe une partie du mental qui est à l’oeuvre dans ce genre de situations et qui prend plus ou moins le contrôle de nos pensées, de nos émotions et de nos actions. 

Le livre La Dianétique : la puissance de la pensée sur le corps explique le fonctionnement de cette partie cachée du mental et comment s’en débarrasser pour redevenir pleinement soi-même et enfin savoir avec certitude qui on est réellement.

Facebook
Twitter

Autres articles :

Comment se faire respecter

Comment se faire respecter ?

La fierté d’être respecté Vous est-il déjà arrivé d’intervenir dans une situation impliquant d’autres que vous et qui vous ne semblait pas correcte ? Si

Lire plus »